TESTS

CRIMSON SKIES

Configuration nécessaire: PII 450 128 Mo de RAM Carte 3D 16Mo

Et voilà, le nouveau jeu de chez Microsoft est arrivé, et quelle arrivée ! On retrouvre l'univers des anées 30, 40 mais c'est l'aviation qui s'est développée à la place de l'automobile ! Le ton du jeu est déjà donné !On prend la place de Nathan Zachary et son équipe de mercenaire sous le nom des Fortune Hunters. Toute l'équipe habite un gigantesque dirigeable appelé le Pandora.Ici don on devra piloter de nombreux zinc pour accomplir environ une vingtaine de missions. Ceux-ci serotn customisables à souhait et on devra les choisir judicieusement en fonction de la mission à accomplir.

Pour le côté jouabilité, pas de problèmes : 100% action, les amateurs de simulations bien ardues, passez votre route ! Ici des les premières minutes on se surprant à faire des figures monstrueuses les doigts dans le nez (vrilles, loopings, rase-mottes,...). Pour profiter un maximum de ce soft, il est préférable de posséder un joystick, retour de force si possible, même si le soft utilise le clavier. Pour piloter le coucou, plusieurs vues noussont proposées : le cockpit (à utiliser pour le dogfight), vue de poursuite (pratique pour pour le rase-mottes), et le plein écran.

Côté musique, elles collent toutes à l'époque à laquelle se déroule le jeu et ne sont pas lassantes pour un sou. On retrouve le bon vieux système I-Muse de Lucas Arts qui nous gratifie d'une courte musique après avoir abattu un ennemi !

Au départ, les développeurs de chez Zipper avaient basé le jeu sur le moteur 3D de Mechwarrior 3, mais il semblerait qu'ils se soient rabattus sur celui de Combat Flight Simulator en le regonflant. D'ailleurs, sur un pauvre machine de prolétaire (PII 350 ATI Rage 128) le jeu est à peine jouble en 640 x 480, par contre sur ma bécane de combat PIII 450 TNT2 160 Mo, c'est supra rapide malgré quelques gels d'écran intempestifs qui viennent de temps en temps. Il y a cependant un hic, il se trouve que le soft plante étrangement quand on charge sa partie.

Côtés + : Super graphisme, Jouabilité d'enfer, Musique prennante, Scénar béton.

Côtés -: Nécessite un bonne grosse config pour bine tourner, quelques plantades.

Note Globale: 18/20

 

MONKEY ISLAND 4

Configuration nécessaire : PII 300 64 Mo de RAM Carte 3D 8 Mo

Enfin voilà le quatrième volet de l'une des plus célèbre série de jeux d'aventure, les Monkey Island on peut donc dire qu'on l'attendait au tournant celui-là ! Depuis 1990, l'esprit n'a pas changé, toujours cet univers loufoque de singes à trois têtes et de combats d'épées à coup d'injures. Ici l'histoire prend suite à la fin du troisième volet, juste après votre mariage avec le gouverneur de l'Ile de Mêlée: Elaine. De retour sur cette ile, beaucoup de choses on évolué depuis votre départ. La maison d'Elaine est sur le point d'être rasée et Elaine a été déclarée morte. Cela va être à vous d'arranger tout cela en moins de deux.

Voilà pour l'histoire. Ensuite, on s'aperçoit que le jeu ne se joue pas à la souris comme avant ce qui handicape considérablement le joueur donc la jouabilité du jeu en prend un coup, c'est fini la souirs pour seule commande, on passe au clavier, mais le pad est très conseillé pour ne pas s'arracher les doigts sur les touches clés. Sinon le modèle de dialogue n'a pas changé, on s'approche personnage à qui on veut parler et on utilise l'icône PARLER. Ensuite un série de phrases nous est sélectionnée, et on doit choisir parmi celles-ci. Pour le reste, on évolue toujours dans un univers précalculé mais cette fois en 3D. Le passage de la 2D à la 3D à été bien effecuté, on retrouve le graphisme de dessin animé. Son moteur et basé sur celui de Grim Fandango , un peu vitaminé.

Dans le jeu, on retrouve aussi les bonnes vieilles énigmes bien difficiles où on galère pendant des heures.La musique, elle, nous entraine tout au long du jeu et ne lasse jamais. Tous les personnages de cet épisode sont très caricaturals. Les dialogues sont d'un ridicule si effarant, que l'on n'ose même pas le répéter à haute voix !

En bref on aime l'aspect délirium de ce soft qui nous scotche des heures entières devant son écran ! LucasArts a compris qu'on ne change pas une recette qui marche !

Historique : 1990, Secret of Monkey Island ; 1992, Monkey Island 2 LeChuck's Revenge ; 1997, Curse of Monkey Island.

Côtés +: Humour omniprésent, Ambiance, Musique des Caraïbes, Graphisme mignon

Côtés -: Ne se joue plus à la souris, Quelques énigmes trés ardues.

Note Globale : 16/20

 

SUPERBIKE 2001

Configuration nécessaire : PII 400 64 Mo de RAM Carte 3D

Voyons ce que vaut la suite des deux excellents Superbike et Superbike 2000. On avait tous été marqué par le graphisme et le réalisme surprenant de cette simulation. Ici on retrouve un graphisme hallucinant (presque photoréaliste dirais-je), et un réalisme poussé à l'extrême ce que pénalise la jouabilité de ce jeu car un joueur normal ou débutant aura du mal à contrôler la moto dans ses premiers tours.

Pour contrôler la moto on a le choix entre le clavier, le joystick, ou le volant. Je pense que le volant à retour de force est le mieux pour bien ressentir le comportement de la moto. Avant chaque course, on devra préparer sa bécane (pneus, suspensions, directions, rapports, ...) pour profiter un maximum de ses capacités. Au chapitre des motos, on y trouve les motos suivantes :

Bimota SB8R (302 km/h) ; Aprilia RSV 1000 (297 km/h) ; Ducati 996 (304km/h) ; Honda RC-45 (313 km/h) ; Kawasaki ZX-7RR (313km/h) ; Suzuki GSX-750R (305km/h) ; Yamaha YZF R7 OWO2 (300 km/h).

On peut dire qu'on en a pour son argent, avant d'avoir fin tout le jeu, d'avoir gagné tous les championnats à tous les niveaux de difficulté, on en a bien pour une bonne centaine d'heures.Côté moteur 3D, il répond toujours bien, sans trop de faiblesses au niveau frame-rate.Même si un machine puissante est nécessaire pour faire tourner le jeu en sa qualité maximale (pour le 1024 x 768 une machine du genre PIII 600 avec GeForce 2 et 128 Mo de RAM). Cependant, sur une machine plus modeste (PII 450) il suffit de baisser le clipping et le nombre de concurrents pour avoir un jeu en 1024 x 768 et de bonne qualité graphique. De ce côté, Milestone a énormément peaufiné ses graphismes, on se surprend à admirer les concurrents.

Je dirai donc que EA Sports et Milestone nous ont encore pondu un opus de qualité sous tous les angles.

Côtés +: Des replays et un graphisme magnifique, le réalismede motos et de leur conduite.

Côtés -: Réalisme parfois trop poussé donc prise en main délicate, et toujours pas de fantôme.

Note Globale : 17.5/20

RETOUR