Carnaval 1991
Jugement de Buffoleuc

4 de maï 1991.

 

Jutje :

Nous vesetz aqui, Poble de Lèuc, per jutjar encaro dins aquél vilatge, un ome plan présentable que, si vos escouti, ven foutre le bazart dins la tranquilitat de toutis. Me disoun que, cado annado, a la même époco, es ço mêmes : se paso toutjorn quicom que truco ; es le printemps o que ? Me cal vous presentar le Tribunal :

Jutje : COURTOVISTO, de la Facultat de San Martin lé petit ;
Acusaciou : Mestre CHIFARNAS, del Barrot de Belvianos ;
Defenço : Mestre COUFLOBURNOS, del Barrot de la Magnago.
Le Borrel
Un testimoni M. Lé BARBUT

Disio que le printemps nous amèno toutis aqui.

Acusaciou :

E pardi ! L'acusat porto uno camiso plan grande. Urousomèn ! perqué, si pasabos la man déjous... Macarèl ! ço que tèn ! Avetz pas jamaï vist quicom de tan bel ! Paretz que las femnos aïmoun aco... e èl, s'en pribo pas !

Defenço :

E que creses, dégourdit ? Sios jalous ? E tan pla que las femnos aïmoun aco. Pot pas faïre de mal. Si, belèu le premier cop...

Jutje :

Arrestatz aqui. Aquélo plaïrejado coumenço plan bas. Vous prègui de mountar un paouc e, coumo se ditz en francès, "Elevons le débat" Soun un amic personnel del Ministre de la Justicio, le gardo des Sceaux...

Defenço :

E qu'unis ferrats ? Es pas las vendémios !

Acusaciou :

As pas res coumprés : Garde des Sots, dels fats, coumo disoun a Limous.Es aquèl que, aro, ten pas mal d'emmerdomens ambe d'argent que s'es perdut. Pas per toutis !

Jutje :

Vous fareï remarcar que teni pas res a vese dins aquélo istouèro d'argent ; soun vengut ambe uno Rosalie d'avan la Guerro : l'argent es pas al miou oustal e le Rosalie fa maï de fum que de kilomestres. Nous cal tournar a ço que nous amèno aïci. Mestre COUFLOBURNOS, avetz la paraoulo.

Defenço :

Plan merci, M. le Jutje. Me demandi per que sian toutis aqui. Avetz per daban vous un ome, plan faït - mes aco es dit - ambe uno camiso de nèït, uno candèlo. Que pot faire ? Anar al lèït, pardi ! Ambe la sèouno Rosalie.

Acusaciou:

Moussur le Jutje ! L'escoutetz pas... Racounto que de messourgos.

Defenço :

Caillo-te, troç de milhas farcit ! E, regardatz, M. le Jutje : La man que tèn la candèlo ; ten déjà un dit plan dreït per far ço que pensatz ; l'ome es proun ben bièl e es pas maï uno mitrailluso ! Préparo le cop. Que se pot dire countro aco ? Rès. E ne couneïssi plan de brabes qu'aïmarion esser a sa plaço !

Jutje :

Avetz plan rasoun, mestre COUFLOBURNOS. Es lé printemps e- aco es plan naturel ; si caliô coudamnar toutis les que palpéjoun las fennos las prisons sarion petitos.

Defenço :

Attrapo aco pels caïssals, amori !

Acusaciou :

Caillo-te, inoucent, que tenes per fiouçolo un agasso-tioul tan petit que t'escapo quant vas pissar.

Defenço :

As l'aïre d'esser plan al courent. Te vesi venir. M. le Jutje, Penso qu'à faire cremar les coundamnats e, per aco, les buto tan que pot. En pas a l'époco, i a cinq cents ans, ount te fasion cremar o arrancar brasses e cambos per uno couillounado de pas res de tout ! En civilisatz aro !

Acusaciou :

Attendi un paouc ! M. le Jutje, boli pas respoundré.

Jutje :

Aqui un ome plan paousat e que fa honnour a la Justicio.

Acusaciou :

Plan merci, M. le Jutje ! E tu, as qu'a prene de grano, abrutit. Moussur le Jutje COURTOBISTO, prefèri daïssar la paraoulo a un ome plan pausat que va vous parlar de ço que l'acusat faguet le jorn de Pascos : distribuèt a la gleiso un ramât de cierges petaïres que las vielhos manquèroun de se cremar le tafanari en fouten le foc als pelses e a la fardo. Tèni aqui un ome plan serious, un ome de saber e de rasoun si pot esser a Lèuc : Mousur le BARBUT, del camin del Albaric.

Jutje :

Amenatz le Testimoni. .. Le noum e l'atje.

Témoin :

Soun Le Barbut ; eï 95 ans plan passats e l'avenir davan.. Veni de faïre Carnaval en menan la musico per faïre vese als joubes coussi se fa.

Jutje :

Levatz la ma dreïto e prounounçatz : Je jure de dire la vérité.

Témoin : (avec la main gauche)

Ba juri, e maï qu'aco.
Monsieur le président du jury
Messieurs les avocats,
Depuis que ce triste individu de Buffoleuc rôde dans les parages, j'ai constaté moi-même en personne, de visu le matin et à jeun un certain nombre d'infractions que j'ai notées sur mon calepin pour le tribunal.
Premièrement: Je l'ai vu. Monsieur le président c'est Buffoleuc qui incite la jeunesse de Leuc et d'ailleurs à brailler comme des ânes sur la place du foyer jusqu'à toutes les heures de la nuit et à taper cette porte en fer, et parti comme c'est parti ça va durer tout l'été.
Deuxièmement: Je l'ai entendu. Monsieur le Président c'est lui Buffoleuc qui l'autre matin, quand le radar était là a crié: "un bon gendarme est un gendarme couché".

Président:

Parlons en des gendarmes couchés, il parait que le conseil veut en mettre un sur la route de Verzeille. Qu'es aquo.

Témoin:

Troisièmement. Je le sais. Monsieur le président, je suis bien placé pour ça, un gendarme couché c'est comme un gendarme debout, c'est fait pour emmerder les gens, surtout s'ils habitent à Verzeille, Ladern, St Hilaire, s'ils sont conseillers généraux, s'ils passent 4 fois par jour à Leuc pour aller travailler à Carcassonne. A 120 km à l'heure aux fontanelles et pas trop réveillés ça va leur ouvrir la fontanelle. Le froufrou, maintenant qu'il a l'eau, il peut ouvrir une casse dans son jardin. Surtout que ça ne coûte rien à la commune. Moitié payé par NOTRE conseiller général (pas celui qui saute au plafond) L'aimo lou Carnaval lo nostre fario qu'aco si n'i avio d'autres dins les cantoun. Moitié payé par le carrossier de Couffoulensle fifilandry qui se récupère sur les carcasses.
Quatrièmement: Je constate. Il y a un problème au lotissement, on a fait des belles rues, avec des jolis noms: les langues de biau, les muscats, les pissenlits, les gratte couilles etc... Les rues sont bien enroulées autour des petites places qu'on dirait un gros ventre avec ses intestins. On avait prévu au fond un petit orifice pour les épanchements naturels de circulation des vents. Le mécanisme marchait fort bien chaque matin pour les expulsions et chaque soir pour les introductions et c'est cet orifice qu'on veut boucher par un sens interdit: c'est la constipation.
Cinquièmement.: J'ai entendu dire. Et je constate que Buffoleuc a encore à la main l'objet du délit, le mobile du crime: une bougie. Oui Monsieur le Président, c'est lui qui le soir de Pâques à l'entrée d'un édifice religieux donnait des bougies à tout le monde et surtout aux vieux qui tremblent et aux enfants pour qu'ils fassent des conneries et pardi c'est ce qui est arrivé, une âme innocente transformée en torche vivante et il n'y avait pas de pompier, que font les autorités , il nous faut un pompier à Leuc, qui va nous faire un pompier, qui, qui?

Acusaciou:

Le testimoni nous demande de dire al Counselh. Municipal d' enbaoutchar un poumpiè ; cresi, M. lé Jutje, que es à vous d'en parlar al Mairo

Defenço :

Surtout que le Conselh estaco pas les gousses ambe de salcisso !

Jutje :

Arrestatz aïci... Cal troubar un autre sistèmo....

Acusaciou :

Es tout trapat. Cal coundamnar aquél vielhas. Aurèn pas maï de foc a la glèiso ! E coumo parlan del Conselh Municipal. Teni quicom de maï a dire : aquél zèbre a fioulat de pausar panels de "sens interdit" al loutissomèn : un dins cado carrièro !

Defenço :

I pensos pas ! Sios cabourdas ! Mes diguns sera capable de sourtir ! Es uno manièro de veser maï de moundé dins Lèuc !

Acusaciou

E que si, pourion sourtir... per Jean Gaïch e San Marti ambe la sourtido a San Laurens. Faran tourismo !

Jutje :

Aqui vesi que es un pauc exagérat. Mestre Chifarnas plaisento.

Acusaciou :

E que noun, M. le Jutje. A probo que les panels soun coumandatz... e pagats !

Jutje :

Cresi que la balance de la Justicio penjo dal michant coustat e Mestre Coufloburnos se caldra reveillar !

Acusaciou :

Es pas acabat. Es èl que metèt le Jean Chaubet à la rétraito. E les Lèucaires que eron plan habituats a veser le Jean cado matis son toutis estabousits. Es quicom de perdre las habitudes.

Defenço :

ço que dises pas, e les Leucaïres te ba diran, es que lé Jean es remplaçât per uno brabo poulido, uno femnoto que te fa pétar les talouns... Te disi que aco : les rebiscoulo. Se plagnissoun pas vaï !

Jutje ;

Trapi pas gran cause a dire : si lé Jean es à l'atge de la rétraito ; pasara le temps ambe la siouno fenno.

Acusaciou

E que noun ! Le Jean ten que 42 ans! Vous disi que l'a faït partir. E es pas tout : qui nous aménèt la jalado de la senmano pasado ? I pensatz à toutis les que travailhon la vigno ? Toutis aquélis bourrous crémats, aquélis abisetz sans brico de vert, tout un trabalh foutut ! Es èl que es la caouso ! Allumo pas de foc dins sa chiminièro : probo que es toutjorn al lèït ! E... l'abetz vist faïre Carnaval ?

Jutje :

Aco es vertad : porto le coustume mes a pas faït Carnaval,

Acusaciou :

Que cresètz : en préparabo uno aùtro ! Lé vésèri birat cap al cers per démandar la plèïjo ! E aco per nos empachar de faire Carnaval, pardi ! Ambe uno senmano de plèïjo n'abio pas prou : penso que anar al lèït e vol fourçar les autres à le siègué.... sustout las fennos !

Jutje:

Aqui fa trop ! Mestre Coufloburnos, avestz faït tout ço que se pot far mes las acusacious soun trop bèlos ; e plan merci à Mestre Chifarnas de nos aber alumat le calelh.
Counsidérèn que l'acusat es la caouso de toutis nos malurs ;
Counsidérèn que manquèt foutre le foc à la glèïso ;
Counsidérèn que coumando a la jalado e a la plèïjo, malurs countré le Carnaval :
Coundamnan l'acusat a esser cremat sur la plaço publico.
Saura aqui que cal pas jogar ambe le foc !
Borrel, foc al fioul.... é l'aïgo leng !

Et les autres