Carnaval 2004
Jugement de Hortense Atoire

Jutge:

Un pauc de silenci sioplet ! Hortense Atoire, aicí presenta per la Tostena que se trapo aquí, se va véser jutjada per le Tribunal de Carnaval de LEUC. Perqué ? Per sos crimes contra la Laïcitat e que nos a amenat de troces de monde de per tot t¹i prometent de les integrar dins la Comunautat de Leuc ; sens prene les avises de totis les Leucaires. Es un pauc redde aquò ! A pas jamai levat la calina sus las seunas intencions.

Per ela, tenèm un Tribunal tot çò que i a de milhor :
Jutge : MOSTAFA CAULET. immigrat de la 8° generacion, benlèu mai. Diplomat de la Facultat del Camin dal Doctor, encara mai anaussat desempèi que Bertomiu a fait montar le camin per anar a pòrt ;
Defensa : Mèstre Moïsa PATAZERO : medecin en teologia, Facultat dels Esparetz : defendrà 1' Hortense e le pòrt del vèl a çò de la Marina ;
L¹Acusacion : Un tarrible, macarèl ! Dominique GARO ALS OSSES de VILAPINTA,
sinistre a fet, medecin honoris cosa de la Facultat de la passarela del Gabiat.

Pòble de Leuc ! de la Sabatièra, de la Sala, de la Boita, de Delà lo Rec, de la Font Vielha, de la Sarrona, de la camera del Castòr Valent, e de mai lenc encara ! Vos feliciti d'èsser venguts tan nombroses a aquel procès. Que va faire de bruch, vos ba disi !
Semblats de sardas a l¹òli dins una boita ! Tendretz pas fred ! Davant vos, un Tribunal de primièra que le Garde dels ferrats (des seaux, coma se ditz en francimand) t'en entendrà parlar ; vesètz, es pas de mèrda de gat tot aquò.
L'afar va èsser lèu plegat ; es aquí per que daissi la paraula al tarrible, al de que se cal mefisar, le Procuror, Mèstre GARO ALS OSSES de VILAPINTA.

ACTE D'ACCUSATION

Procureur :

L'acte d'accusation est très court cette année mais les accusations sont précises. J'ai reçu de nombreux Leucois, d'intéressantes lettres anonymes qui en disent long sur la déprédation des m¦urs et les nombreuses ségrégations qui sont faites dans votre village,
Acte d'accusation :
Hortense ATOIRE ici Présente est accusée :
-D'avoir obligé Popo à aller briguer une présidence dans un village voisin, Couffoulens pour ne pas le nommer.
-D'avoir obligé que les travaux du chemin du DOCTOR se fassent la nuit pour ne pas déranger les pêcheurs.
-De vouloir faire à la Païchère de Popo, l'aire d'accueil des gens du voyage, un véritable " sens gats, ni gosses "
-De retarder le permis de construire du moulin au prétexte qu'il n'est pas tourné vers la Mecque.
-D'avoir affirmé que, si une femme est voilée, c'est qu'elle ne tourne pas rond.
-D'avoir installé un panneau publicitaire qui fait du tort au commerce local.
-D'avoir exigé qu'un garde-pêche garde les cormorans pendant les travaux du Doctor.
-D'avoir affirmé que la légionellose est une maladie qui nous vient de Castelnaudary.
-D'avoir retenu à Ladern de nombreux Leucois parce que des terroristes de Verzeille avaient dynamité le pont de la traverse.
-D'avoir osé dire que les futurs cours de YAWARA, BOZENDO seraient longs.
-D'avoir prétexté de la canicule pour siffler toutes les cantines qu'elle trouvait.
-D'avoir déclaré le soir des élections qu'elle voulait rentrer dans la Marine.
-D'avoir refusé le passage à la brouette de Berthomieu pour aller nourrir les ragondins au jardin.
-D'avoir réinventé la géographie en faisant passer les Leucois à Limoux pour aller à Ladern.
-De ne pas avoir voulu choisir aux cantonales entre un Roux et Deblonde.
-D'avoir empêché Cavanac de refaire le cd 104 dans le village pour faire chier les Leucois.
-D'inciter les jeunes à ne pas être COPIN avec les gendarmes qui se vengent sur les honnêtes citoyens dès la nuit venue.
-D'inciter les retraités à piller les ressources naturelles d'asperges.
-D'avoir condamné Josette à prendre l'agglo-bus chaque samedi.

Jutge :

E be macarèl ! Sabi pas si l¹Ortensa s'en anirà pas al fòc tota sola ! Ambe tot aquò, sabi pas si s'en podrà tirar. Sentissi que s'en anirà pas tota sola ; d'autres la seguiràn que se pòdon faire téner las bretelas ! Urosament que le Tribunal te va esclarir tot aquò ! E que va faire de lum dins tot aquel embragadís. L'Ortensa es une estrangièra ; e mai, nos amena un fum de balordisas que fan virar le cap a totis les Leucaires. L'afar sarà lèu acabat.

Defensa :

M. le Jutge, cal pas parlar atal : nos amena quand mèmes de bonas causas ; teni que parlar dels Suisses que demòran a Fraîche : nos amènan chavals e equitacion ; tanben, a la Bartassièra, les Alemands nos amènan les mainatges per salvar l'Escòla ; e tantis mai.

Acusacion :

Calha-te, amòrri ! Demanda a Popò çò que pensa dels estrangièrs : per téner una presidéncia, es tengut d'anar a Confonlens. Demanda-s-i çò qu'en pensa.

Jutge :

Per aquò, Leuc a conescut bravament d'Estrangièrs dins la seuna istòria : en 40, un nisat de Belges, vestits en militaris ; es vertat que demorèron gaire ; un pauc mai tard, les Alemands. En 42, cresi, t'en arribèt un batalhon : le Castel remplit de monde ; un comandant a çò de la bolanjariá ; un camp de tir sul camin de Sant Martin, sul penjal de la Ginebrièra. D'animacion pertot.

Defensa :

Vesètz que la tradicion de faire venir les Estrangièrs a Leuc es vièlha !

Acusacion :

E qu'un tròç d'imbecille ! Demanda ais ancians del vilatge ; t'en diràn de ben ! " Couvre-feu " sul còp de dètz oras ; fa 8 al solelh e, en estiu, es lenc de faire nuèit. Tot le monde embarrat. Urosament, les fotèrem defòra e èra pas tròp lèu.

Defensa :

Cette longue tradition d'accueil à Leuc doit être maintenue. Veiriá plan, a la Paissèra de Popò un camp per çò qu'apèlan " Gens du Voyage " ambe dochas, abrics e pro d'ombra.

Acusacion :

Te ba cal dire a aquelis que tenon un òrt cap aval : l'André Nègre, Léon Fauroux. Las tomatas e les baraquets i faràn pas mal ! Te van sautar de contentament ! Sigur !

Jutge :

Anem ! Cal demorar seriós. Quand se parla de faire venir d'Estrangièrs a Leuc, cal causir. Les que fan cagar....Defòra ! Avètz entendut parlar de la novèla lèi : pas de signe ostentatoire ? I cal pensar per causir.

Acusacion :

Aquò es plan dit, M. le Jutge !

Defensa :

Qu'appelez-vous un Etranger ? I a pauc de temps, quand un Leucaire se maridava ambe una filha de Confonlens, de Casilhac o de Verselha, le monde disiá : il épouse une Etrangère ! Cal pas butar le tap tròp lenc. Cresètz pas que, si un Mexican arribava en Gaucho, dins la Pampa de Leuc o que le Regent que es de tròp en Inglaterra nos arribava de Buckhingam sariá pas quicòm de bon per Leuc ?

Acusacion :

A aquel, nos cargarem de li copar las aurelhas que las ten bravament espandidas. Urosament que le José, pas aquel de Leuc, le que ven del Larzac arribarà lèu per te les fotre defòra !

Jutge :

Aquò es plan dit ! Pas d'Ostentatoire ! De còps, la nuèit, entre quatre e sièis oras, reflechissi : Pas de capelets ; pas de chals sul cap. En bref, res que fasque pensar a çò que pòdes pensar.

Defensa :

Pensi als caçaires : pas de fusilhs, de cartochièras e d'avresacs. Es un signe que marca una apartenença a una religion : la de la caça !

Acusacion :

I pensas pas ? La caça es d'aicí. Vòles benlèu que les caçaires foten la cròça del fusilh dins una camba de pantalon e les canons dins l'autra ? Marcharián coma si tenián robinhòlas d'un taure ! Per les pescaires, caldrà metre dins le pantalon la linha e la garbusta ? Aquí, sarà un pauc mai dificile ! Ensaja, tu, ambe la linha montada. Sens comptar les anquets dins las robinhòlas ; es vertat que tu, que se veson pas, riscas pas gaire.

Jutge :

Arrestatz de desconar ! Siam al Tribunal, macarèl ! La caça, la pesca... son pas religions. Aicí, n'i a qu'una : le Carnaval. Aquel jorn, tot es permés : se vestir en avesque, en toroloro, en toreador o en manja-moscas.

Acusacion :

M. le Jutge, escusatz-me. Nos caldrà dire al Rector (Ritou) que ten un instrument qu'apèlan en francimand : 1' "ostensoir" ! Le mostrar te val un brave procès-verbal ! Aquel instrument... a las reliquas !

Defensa :

Dins la glèisa, se pòt mostrar ; pas defòra. Tant qu'i siás, te caldrà dire a la Lolòta, una de tas frequentacions, que tire la lanterno roja que ten al dessús de sa pòrta ! Discrétion, discrétion !

Acusacion :

M. le Jutge, tornem al procès. Hortense atoire -le nom ba ditz- mòstra tot çò que ten. Nos fa véser calamitats desempèi mai d'un an.... E s'amaga pas per se fotre de tot le monde de Leuc, bufant las conariás dins las aurelhas de los que l'escotan.

Jutge :

Tenètz rason : tout signe ostentatoire sera proscrit à l'exception des signes particuliers du Carnaval, religion reconnue qui nous amène tous ici.

Considerent :
- que l'Hortense nos semena de calamitats dins le Vilatge desempèi mai d'un an ;
- que vòl nos fotre un campat de residents en çò de Popò a la Paissèra ;
- que nos amena l'Agglo-Bus dins le Vilatge per amenar las femnas a Carcassona ;
- qu'a embauchat les retretats per faire una copa rasa dels espargues (asperges) salvatges ;
- que nos emmerda per faire le trabalh sul camin del Doctor ;
- qu¹a fait venir les Leucaires a Ladern per les faire prisonièrs sul camin de Verselha ;
- per forçar les Leucaires a amagar fusilh e linhas per anar caçar e pescar ;
- per enlevar la Libertat als Leucaires de metre o non la calina al solelh :
Condamnam l'Ortensa a èsser cremada sul còp, aquí, sus la Plaça.
Borrèl ! Aluma l'alumeta !
Fots-i le fòc al cioul e........ l'aiga lenc !

Mercè plan a Mirelha Braç de l' Ostal Sirventes per las correccions de l'Occitan.

Retour à la page 2004

Et les autres