Carnaval 2003
Jugement de Coco Rida

Un peu de silence, s'il vous plaît, Cocò RIDA, ici présent va être jugé par la cour sans appel carnavalesque de LEUC, pour ses crimes contre la dignité due aux animaux et pour avoir fait croire aux nombreux amateurs de corrida, accourus de partout, qu'il allait organiser une véritable corrida au pied levé dans notre village.
La cour sans appel de Leuc spécialement recrutée pour la circonstance est composée de :
Avocat : Maître COUILLARD, Docteur en tauromachie, diplômé de l'université de notre dame de Marceille. Il sera le défenseur de notre Coco RIDA, et de la tradition taurine dans notre village.
Juge : Le professeur GRATA-TE LAS PIUSAS, célèbre juge préretraité de 75 ans, docteur honoris causa de la faculté du futur pont neuf du Gabiat, qui va enfin permettre aux habitants du lotissement de venir dans le village sans risquer leur vie chaque jour.
Procureur : Le terrible CERCA-S-I LE PESOLH DINS LO CAP. diplômé de l'université du chemin du PRAT, envoyé spécial du Président de la république pour éviter tout débordement à l'occasion de la très contestée Corrida de LEUC, grand spécialiste de la remise en ordre de la famille Poulaga. Qui profitera de l'occasion pour tenter une médiation entre les autorités municipales de Couffoulens et les terroristes et séparatistes du quartier du chemin du Prat, en lutte contre la méga-déchetterie départementale.

Jutge :

Pòble de Leuc, de la Sabatièra, de la Sala, de la Boita, de Delà-l'rec, de la Font vièlha, de la Saronna, e dal Castòr valent, Vos saludi plan, e vos feliciti d'èsser venguts tan nombroses per assistar a-n'aquel grand procés que i aurà pas besonh de revisar, tant l'afar serà lèu plegat, aurem pas besonh d'un appèl à Bruxelles, le tribunal es en plaça. Vesètz, es pas de mèrda de gat ; totis diplomats e cargats de tant d'onors que las espatlas ne petan. L'afar va èsser lèu fait. Mes en d'abòrd, cal començar per l'acte d'acusacion. Mèstre CERCA-S-I LE PESOLH DINS LO CAP, avètz la paraula.

Procureur :

L'acte d'accusation est un peu long cette année mais il va falloir vous y habituer. J'ai reçu, de nombreux Leucois, d'intéressantes lettres anonymes qui en disent long sur la déprédation des mœurs dans votre village, après avoir déménagé les policiers de Limoux, fait baisser les accidents de la route, j'ai décidé de remettre de l'ordre dans LEUC.

Acte d'accusation :

Cocò RIDA ici Présent est accusé :
-D'avoir électrocuté un cheval de Fraisse et d'avoir épargné son cavalier Suisse (Defensa : il devait être à la masse).
-D'avoir affiché que quand on avait du caractère on le montrait, mais avoir oublié d'ajouter que quand on avait des cuves affreuses en inox on les cachait.
-De vouloir enlever le pain de la bouche aux gens de Leuc en mettant une déchetterie au Prat, sous nos yeux alors qu'à Leuc, nos escoubilles faisaient vivre plusieurs récupérateurs.
-D'avoir envoyé l'ancienne postière de Leuc au bagne.
(Avocat : Es pas al banhe, es a l'equipament), c'est-à-dire casser des cailloux sur les routes.
-De vouloir semer des graines de melon dans les jardin du château pour amadouer l'architecte des bâtiments de France.
-D'avoir exproprié Louis, de son jardin du Prat pour qu'il ne puisse pas bénéficier des retombées de la déchetterie (terreau , odeurs, clientèle pour son commerce de légumes).
-D'avoir omis de mettre des panneaux sur les furòls des sangliers, leur interdisant de traverser le RD 104.
-D'avoir confondu les arènes de la Condamine avec les arènes où les cons dominent.
-D'avoir introduit à l'école, en provenance d'un quelconque Pékin, le vrais virus de la scarlatine atypique de Mékong.
-D'avoir détourné le lit du Lauquet pour n'arroser que son jardin.
-D'avoir osé dire que si le RD 104 n'était pas refait à neuf avant Noël, il voterait mal aux cantonales.
-D'avoir interdit les photos d'identité avec port du masque, alors qu'en Corse les photos avec cagoules sont autorisées, et que cela l'est aussi pour certaines nones en cornette.
-D'avoir osé écrire dans le journal de la mairie au sujet du yoga, je cite : " Munissez vous d'une couverture, d'une tenue souple, d'un petit coussin, Brigitte fera le reste ".
-D'avoir le pastis triste et d'avoir soif chaque fois qu'il boit de la blanquette.

Jutge

Macarèl !... ambe tot aquò, tenèm de que ne faire cremar mai d'un, cresi que le borrèl pòt començar a alumar le fòc ! Mas cal demorar seriós. Borrèl L'aluqui l'alumeta !

Defensa

Atendètz, monsur le Jutge .Es aisit de dire tant de messorgas per espantar le monde. Gaïtatz-les que badon coma les agaçons dins le nis ! Le chaval de Fraïsse s'es pas tuat per la man de Coco RIDA, es Robert de POMAS, ambe EDF que l'an tuat : avián daÏssat un fial pel sòl, estacat al corrent pardí,.elis èran pas tròp al corrent coma les de la Méridionale ; EDF vòl dire Electricitat De FraÏsse, ten pardí.

Acusacion

Paure degordit, creses que vas espantar lo monde ? Destrompa-te. Es el que vòl fotre las ronhas al Prat ; la dechetterie, coma dison les franchimands ! Una brava mèrda, sigur. E qué van faire les que vivon de la ronhas de Brescou ? Aquí triavan, manejavan. La ferralha d'un costat, les papièrs de l'autre : le tri sélectif, qué !

Defensa

E le resta sul camin de Brescou ; de mèrda pertot. La dechetterie es una bona causa : triaràn scientificament e le trabalh serà faît per d'especialistas. As pas comprés, tu, paure Amòri.Tan val que las ronhas s'en anen a Cofolens… Les lops se manjan pas entre eles. Ba pòdes pas comprene, tu, que fas de fautas d'ortografa en escriguent de conariás sus la rota dabans l'escòla !

Jutge

Pensi que le fait d'escriure sus las rotas es una missanta causa sustot ambe de fautas d'ortografa davant l'escòla, urosament que lo director las fasquèt corregir. E cal comprene que las ronhas, las cal fotre endacòm.Tan val que siague a cò dal vesin ! E les que vivon de las ronhas aniràn las triar a Cofolens, que diable, un quilomètre de mai o de mens…

Acusacion

Monsur le Jutge, pensatz a çò que disètz ? Le Louis Monneris esperava aquelas ronhas coma la manna salvatriç de son òrt. Cresiá que l'engrais de las ronhas aniriá cap a çò seu. De mèrda ! te l'an espropriat ! Aquí çò que nos amèna Cocò RIDA.

Defensa

Le Louis Moneris a qu'a faire greva coma les foncionaires s'es pas content e arrestar de trabalhar l'òrt d'un ectar que i an balhat a la plaça. Que se creba sustot ara qu'i an fotut un motur american. D'al leit s'asaga tot sol.

Jutge

Tot aquò nos mena luènh de la tradicion taurina a Leuc. Quand pensi a totes les Paseos que se fasquèron just après la guèrra. BOURREL, le paire, sus son ase, capel tricòrna sul cap, sabre al clar per dorbir le cortètge, èra l'alguacil. Seguit per : CASTILLOU, COULOM, RICARD, JEAN DE JACOU e plan d'autris. La musica darrièr. Un monde a faire paur !

Acusacion

E les marridats de l'annada que trefosissián, perque èra per elis le torn de l'ase ! Autant de maridats, autant de cocuts ! Rapelatz-vos la musica : " Siás cocut paure òme, siás cocut………. "

Defensa

Mefisa-te de çò que dises ; si les tafanaris se dorbissián, es que las cogas se promenavan…… Finalament, l'un dins l'autre, totis i trapavan cauçadura a son pè, e tot aquò balhava çò qu'apelan ara :une chaîne d'amitié. Siás cocut ambe ieu ; mas ma femna te cèrca …sèm quitis, sustot que mon materiel val le teu.

Jutge

Aquel paseo èra la promessa de la " véritaple " corrida. Le bufòli, rapelatz-vos : le darnièr jorn de la fèsta, aquel bufòli dins le foyer tot caudolat. RICARD ambe l'engranièra, les autres darrièr ambe bufets : e bufa-s' i al cuol ! e bufa-s'i al cuol … que n'a tant de besonh. La caça al òmes dabans totas las femnas plegadas de rire. Durava plan una bona ora !! Aquò èra la corrida.

Acusacion

Monsur le Juge, pensi que la corrida se continuava dins las carrièras cap a la gleisa, quand una bèstia escapava a CASTILLOU, le boquièr.

Defensa

E aquò vos fa rire : aquelas bèstias fugissián una mòrt assurada. Cresètz que le monde avián de respect per aquò ? que nani !!! Totis les miègs valents que passavan la serada a l'ombra se despertavan, totis al cuol d'aquela paura bèstia, per la tornar embarrar dins lo tuador.Tanben, cal, Monsur le Jutge, faire venir mon "témoin", mandatat per Brigitte Bardot. Anatz entendre quicòm.

Jutge

Monsur JEAN DE LAS CRABAS, vous avez la parole.

Témoin

Je suis le représentant du CLAC (Comité Leucois Anti Corrida) et je voudrais pousser un cri :…… (le président : OLE) et je voudrais pousser un cri :……un cri de protestation comme l'aurait si bien fait Brigitte (pas celle du yoga), l'autre celle que je représente ce soir : AAH !!! Non, Leuc n'est pas une place taurine et aucune corrida ne peut avoir lieu, nous ferons barrière de notre corps pour empêcher cette mascarade. Nous voulons aussi arrêter le massacre des animaux à Leuc ; animaux qui un à un disparaissent : les lapins de garenne (plus aucun), les ragondins (exterminés), les pigeons du château (tous passés à la casserole) et maintenant on s'attaque aux chevaux de Fraisse. Stop également à l'hécatombe des sangliers sur le RD104. Exigeons des tunnels tous les 100 mètres lors des futurs travaux de réfection. Laissez les vivre. Je voudrais à Leuc, d'un monde où tous les gens aimeraient les animaux et ne mangeraient que des salades, et où toutes les races d'animaux croîtraient et embelliraient et où le chant du coucou annoncerait les publications de la mairie. Cocut Cocut….. La mairie communique.

Acusacion

E pardí ! siás content, tròç d'avocat ! as fait un polit còp. Coma lo Crist que multiplicava lo pan e las sardas, tu siás per multiplicar les animals, se vei qu'abitas pas al lotissament ambe totis aqueles cats qu'i miaulan tota las nuèits, totis aquelis gosses que japan tota las jornadas que t'empachan de faire la sièsta, e las torterelas rocó- rocó sens arrèst. Demanda a Julien BERTHOMIEU : les ragondins t'i chapavan l'òrt, d'ont sortissián !!! urosament, ambe de sedons, t'en faguèt una brava desplega. Fasquèt manjar lo quartièr de la sabatièra pendent una setmana.

Defensa

Julien a tout de même mangé des tomates et des choux. Som per le partage, per la solidaritat entre las espèças : l'òme cultiva, les ragondins chapan. I a de mal a tot aquò ???

Acusacion

Lèu, vas rire, tu tanben. I a un rat que va arribar a LEUC, dins un temps plan cort. Es el que s'ataca a las retretas, tu qu'arribas al cap de ton temps, me'n diràs de novèlas !

Defensa

Es vertat que veni de prene la retreta. Mas vesi que les retretats de Leuc se pòrtan plan. Gaita-les : MOMO, JOSE le maçon, LEON le maçon, e ieu estamaire. Fasèm pas pietat, fasèm badar de véser. Et lo POPO PAGES que manja que de favas.

Acusacion

Atendi un pauc. Anatz totis tornar coma d'alencadas o coma de sautarèls. Aquel rat que nos arriba se sòna lo " RAT FAROU ". Per que tot le monde comprenga, teni que va dire en franchimand : LE RAT FARIN. Lo rat que chapa la retreta das vièlhs, dejà qu'avián l'ESQUIRÒL que li rosegava l'argent, ara aquela puta de rat que le vòl fotre sus la palha, n'i un cofle de ta Brigitte Bardot e de sas putas de bèstias.

Jutge

Macarèl, ieu tanben vau prene la retreta. E aquel Coco RIDA que nos amena aquel pelerin ? N'i a pro, la romana de la justícia es tota capvirada. CONSIDERENT:
-Que val mai èsser al banhe, que non pas trabalhar a l'equipament.
-Que diguns aicí veirà pas le RD 104, jamai refait de nòu.
-Que CERCA-S-I en personne apròva que la decheteriá se fasque al Prat.
-Que se pòt pas faire de Corrida a Leuc. La cuadrilla es tròp cansada aprèp le paseo.
-Que les picadors qu'avèm vist son tròp gròsses per montar sus les paures chavals de Fraïsse.
-Que les melons pòdon pas butar dins las aromets del parc del castèl.
-Que las cuvas inòx, son pas encara acatadas per l'edra.
-Que Cocò RIDA vòl menar al prat totas las ronhas del departament.
-Que Cocò RIDA vòl tuar totes les suisses que venon a Fraisse.
Condamnam Cocò RIDA a èsser mes a mòrt sul còp aquí sus la plaça. Picadors, matadors, banderilleros, peones, espanhòls, fasètz vòstre trabalh, le cremaren après Borrèl, bota-z-i le fòc al cuol e l'aiga luènh.
E que le pauvre TONTON que creba de talent, jògue l'aire de circonstància.

Mercè plan a Mirelha Braç de l' Ostal Sirventes per las correccions de l'Occitan.

Retour à la page 2003

Et les autres