Carnaval 1996
Jugement de Moussegue


Jutje :

Poble de Leuc ! Encara un. afar a desencatelhar ! Pas possible ! Leùc me balha un travalh fól : se pasa pas un an sans que quicóm de tarriple te fote le vilatge en revóluciou. Un cóp es la Lolota ; un autre cóp un afar de caça . Avetz le diable dins la pèl, macarel !
Aqueste cóp, es una bestia que te moussega les garrons - e aqui, parli plan, pesque moussega un paoc maï naot - pódes pas te promenar tranquille o destrosselhar una filha dins les bartasses, crac ! La sanc de las ancas te raja dins les souliès . N'i a pro ! Anan t'adoubar acó.. Lèo faït.
Me cal, avans tot, vos présentar le Tribunal :
Ieou... Mestre Dédé l'OUSTAL, que soun Président de la Cramba de JEAN GAÏCH.
Per l'acusacio, le Procurur, Mestre P0POF (benleo POPO, es mal escrit) diplomat de la Facultat de la PAICHERA.
Per la defença, Mestre HUBERT dals ESPARETZ. e diplomat, si cresetz, de la famusa Facultat de la B0RDO dal VIOLON.
Vesetz... es pas de merda de gat !
Très téstimonis parlaran tan ben :
Una filha : LISETA ROSTIT
Un Jobe, plan asaigat de Blanqueta e de rok en Rólls ..
La LOLOTA... l'abian cremada, pensabi. mes t'i plaoguèt dessus.
E, coma se dèo faîre dins un Tribunal, anan entendre l'acté d'acusacio. Avetz la paraoula, Mestre

Acusacio :

La MOUSSEGUE est accusée :
- d'avoir fait interdire de mettre une guirlande BONNES FETES sur la Route de Villefloure, ce qui a lésé ceux qui y habitent ;
- d'avoir semé la tempête et provoqué un terrible tremblement de terre le 16 février dernier ;
- de vouloir mettre un péage pour les machines à vendanger sur le futur gué du Lauquet ;
- d'inciter les chiens à la luxure, favorisant ainsi un trafic illicite de photos pornos ;
- de vouloir faire arracher toutes les vignes pour y semer des pommes de terre ;
- de vouloir mettre toutes les voitures de Leuc en fourragère
- de vouloir faire maigrir tout Leuc avec la méthode Lanint et la complicité du boulanger
- d'avoir fait rouiller toutes les barrières de la Mairie, avec son plan Vigipirate de trois mois ;
- d'avoir fait couper le platane qui faisait de l'ombre à la station d'épuration et de boucher les égouts avec Paris-Match et des magazines pornos : Julien les trouve à la station et... il les lit !
- de décorer les bords des chemins avec de vieux pylônes rouillés et des bidons de désherbant ;
- de favoriser l'éclosion et le développement de deux sectes à Leuc : la Secte du C.R.A.F et la Secte dissidente : Croustet et Salcissa
- de pousser les pauvres voitures sans défense dans les escaliers de l'Impasse du Cazals ;
- et, surtout, d'avoir mousségué un membre sans défense.

Jutje :

E ben ! vaî n'i a pron per t'en faire cremar maï d'un !

Acusacio :

E, encara, i es pas tot ? Si parlabi dels gosses que van nadar dins las picinas...

Defença

Arresta aqui : a Leùc, tot le monde escota çó que ditz le Maire : les gosses ródon pas ; solómen, les que se vólon debarrasar d'un gos, t'el foton dins la picina dal vesin. Aqui coci se pasa !

Acusacio :

E les pols que te canton a cinq oras dal matin ! I pensas ? Acó fa très oras, a la nóstra, la veritapla.

Defença :

Val maï que canten le matin, es son trabalh. Le que ven demorar a la campagne sap que i a de pols. A qu'a mètre de coton dins
las aorelhas ! Que canten pas le souèr, macarel, que marca le temporal !

Acusacio :

E les gosses - tojorn ellis - que te fringon davant tot le monde, maïnatges e vielhs, a tal punt que de fótógrafos venon de
la villa per faire de "clichés" coma dison.

Defença :

Tróç d'amori, aqui vesi qu'i comprenes pas rès : es per faïre pagar l'avórtómen de las femnas per les proprietaris dels mascles !
La fótó es una próba ! Aqui, i copés pas. Si te fótógrafiabon quant fas le cóp ambe la Frasie, son óme" t'adobaria las crostèlas"

Jutje :

Arrestats aqui ! Vos demandi de demorar sérioses. Si parlatz atal i comprendrèi pas rès : coma ditz le mion amic TOUBON, que es Le ministre de la Justice :trop de preuves tue la Justice. E a rason si es trop complicat, en sortirem pas.

Acusacio :

M. le Jutge ! Avem a Leuc de paosaïres de trapadèlas par agantar raïnars, taïchos e autras salas bestias. Piejaïres diplomats, sioplèt ! Que foton tota la jornada ? Son totjorn a çó de 1'Esclarmonda ! Les veïrias, aqui daban l'assieta : e de quatre gesiès, un filet de canard ambe plan d'herbas de la garolha, una salada e, per faire passar le tot, una braba cantina de vins, que son pas de Leuc, A creîre que la patrona les garda al frèsc, a l'abric dal michant temps : atal las bestias pódon esser tranquilles Pardi ! cotisa a la SPA!

Acusacio :

Aqui, per un cóp, en d'acórdi ! Desempeï aquel afar de la Mossèga, l'Esclarmonda a son ostal totjorn plèn. Juscos al Midi Libre que ven cada jorn par la faïre parlar : quatre articles en très semanas ! Comença a faire !

Jutje :

Aqui, nos perden en paraolas verbalas. I compreni pas res maï.

Defença :

M. le Jutge, II serait temps qu^on parle sérieusement.

Acusacio ;

Escota-le. Se met a parlar franciman, aro. D'ont sortisses ? Lèo, va parlar parisian ! Belèo parlon atal a la Facultat de la
Bordo dal Viólon !

Defença :

M le Jutge ! Arrêtons là. Cal saopre que, si la Mossèga mossèga, va fa per se defendre ! Legitima defença ! An qu'a la
daïssar tranquille. Es pr'acó que teni aqui un testimoni, numéro un, que coneis plan le proplema ; s'appèla Liseta Rostit. Ela sola pót en parlar

Jutje :

Que dintre e que parle

TEMOIN N° 1

Defença :

Aqui a plan parlat ! Va vesetz, a faït que se défendre.

Acusacio ;

T'i caldra dire de se lavar las dents. I auria pas agut totis aquelis proplemes d'infection e de meses d'espital ; va sabes...
le jornal n'a parlat pron ben.

Jutje :

Aro que coneîssem tot çó que bira alentor de aquel afar, anam faïre avançar le procès. E les autres punts ?

Defença :

M, le Jutje. Se pót pas reprochar a aquela bestia de rassegar le plataniè de la stacio d'epuracio. Ten las dents pron belos mes
per fotre un arbre atal pel sol...es un paoc just.

Acusacio :

L'a fait rassegar ! Me demandi çó que fan les ecologistas de Leuc : cal 150 ans per le faire butar e...cinq minutes per le fotre en l'aïre. Maî que le Maire t'atrapèt una colera que èro pas picado dals vers.

Defença :

E las "girondinas" ? Vendrás pas dire que las a rosegadas benlèo ? Mossèga pas le fer si que non, les caïssals riscon de
se va rapelar.

Acusacio :

E que si ! Sabes como ièo que la Mossèga a tallomen mossegat que la paur atrapaba totis a las tripas ; diguns volia pas sortir. Que fasquèt le Conselh municipal ? De baralhas pertot. Aqui coci totes las baraillas se trapon robilhadas jusquas a l'ós. Es acó qu'apèlan Vigipirate.

Jutje :

Vos cal parlar un paoc mal clar : i compreni pas res maî. Es, per ièo, d'aïga de tripa e, si demóra atal, a m'escrimar trop, i daîssarè la pèl !

Defença :

Que non, M. le Jutge ! Vielh como sias, trapi qu'abètz una bona mina.

Jutje :

La mina raï... mes es le crayon !

Defença :

Dison que la Mossèga daïssa trigossar pertot de pilonas en fer tot le long dels camins. Es pas possiple : aquelis trósses de ferrailha i son desempeï la nèo de 81, Que sabi : se parlaba pas de Mossèga ?

Jutje:

Tenetz plan rason : acó es plaîrajar como dèo se faïre,

Acusacio :

Ambe sa mina de gatomiaola, es en trin de l'engabiar : avetz bona mina, sembla que passatz pas vint ans... Attendi :
M le Jutje ! Sabetz que le Conselh va faïre un pont sus la ribièra ; quicóm de plan poulit que le de la Sarrona semblarà una passarèla. E ben ! i aura una cabana ambe un tipe a casquetta per te faire pagar les que pasaran. Aqui çó que prépara aquela sala bestia.
M. le Jutje, vesetz le taplèo : cant le Marc, le Francis pasaran per vendemiar.. un tiquet ! Les paores : aoran debrumbat le porta-
fulla.

Defença :

E, tróç de sauma. qui le pagara le pont ? Tu ? Que cant. vas a la villa, daïsses l'autó a l'oustal per pas pagar le drèït de plaça ?

Acusacio :

De que me fas cagar ? Teni le drèît de faire couma me platz. As debrumbat qu' aquela bestia te buta las autós, de nèît, dins la carrièra dal Cazals ? Si fait, per t'i faîre debalhar les escalissas e les foutre al rèc. Trapas benlèo que es un amusomen ?

Defença :

Aco, va cresi pas. Te demerdas per foutre tout çó que fa de tort al monde sur l'esquina d' aquela paora bestia. Mes vas lèo clavar le bec per que teni aïci un testimoni que pensa pas couma tu. Es un.joube Escouta-le plan...

Jutje :

Que bengue aîci e que parle.

TEMOIN N°2

Defença :

Macarel, qu'a plan parlât. E tu attrapa acó per les caîssals.

Acusacio :

Vous a tocat, M, le Jutje ? lèo, me fa rire. Si es per dire de conardisas, es plan caosit. Per nos dire que cal remplaçar
le Carnaval per de rocs - de cailhaos, que- e de partidas de rabets i podi dire que les rabets buton pas dins les cailhaos !
E, per sautar sur las filhas, teni pas de besonh de poudra per m'enretir. La poudra, la passi al gos per casar las piùsas !

Jutje :

Vos prègui de parlar. un paoc mens rete. Le Carnaval n'a vistas d'autres e sa particularitat es que crèba pas jamaï.
Mes, per i vese clar, nous cal tornar al procès. Vesi quicóm que me tracassa maï que las balordises a l'encontre del Carnaval
M'avetz parlât de Sectas ; la prumiera es le C.R.A.F. Qu'es acó ?

Defença :

Comitat Res-A-Faîre.

Jutje :

Aqui un brave programme.

Acusacio :

Va savetz, M. le Jutje. Es sur le papiè qu'an bailhat a la manifestacio de Carcasona ; quatre oras de trabalh ; bèit oras
de repaos ; 12 oras de loisirs, coma dison.

Defença :

Quatre oras de trabalh.... cant en trapon. E... les vesi pas corre al darrè !

Jutje :

Mes, Mestre POPOF, avetz parlât d'una aotra secta. A un milhor programa ?

Acusacio :

Un jorn , aqueste hiver, arriba a Lèuc una detzena de joubes que netejabon les bórds de la ribiera. Es la secta de "Croustet
e Salcissa"

Defença :

Es una branca folla de la prumiera e pren plan ben de monde : Le programa es a quicóm proche, le mesme ; solómen, dins las
quatre oras de trabalh, cal i comprene le repaïis sans pagar un centime. Que fan ? copan rodosses, romingueras, salissas e boïchos. Va fan cremar sul cóp -pas de tribunal- E aqui, prègon dins le fum. Solómen, s'abiseron que fasia pron ben de brasa e le gourou per faire encara maï de fum, s'aviset d'y fotre una grilha ambe pron de salcissa ! M le Jutje, qu'auriatz faït ? Agèron l'idèa
de la manjar ! Atal, las prièras duron maï de temps e copan pas tant d'herbas. Acó dura maï de temps.

Jutje :

Mes trapi curios que pas cap fosquesson mossegats. Sarian pas en combina ambe la Moussega ?

Acusacio :

En anan pas trop vite, derengabon pas la Bestia ! pas de suspresa pas de moussega ! Aqui de braves galapians e las prièras les fan
pas susar.

Jutje:

Avem pas parlât dal nouvel employât comunal ; a ço que paretz qu'una cinquantena d'ómes volian raobar la plaça de Julien, Son
pas d'aquela Secta al mens ?

Acusacio :

lèou, te métró tot le monde d'acordi : te meten Julien a la secta. Pas dificile : Julien, sa femna trabailha encara : s'emmendaria tot sol. Coma aïma pas la salcissa mièja crusa, faran mens de fum e un paoc maï de trabalh. Le cal mètre "chef d'equipa"

Defença :

Es pas acó qu'emmerdaba le Conselh minicipal : Julien s'en va. Acó era en prévision. Mes le maî doulent, era son remplaçomen.
Un conselher en recrutomen arribèt aîci. Totis les cinquanta candidats passèron a la casserola : èron totis de Lèuc; va plan. Les fasquet despelhar per vese si èron totis d'ornes. Caosiguèt a la fin le rnaï fort, e, pel fin, le qu'abia las plus polidas robignólas. La rnaî longa, que. Se joguèt al rnillirnestre ! Avern pas le drèït de coneîsser les résultats de cadun : sol conta le final. Pas de proplerna.

Jutje :

E que si, i a un propleme. Un candidat fosquet pas apelat e, te prègui que, question de rarnbal.... en fa pron. S'apèla LOLOTA.
Tot le rnonde conèïs. Compren pas per que l'an debrurnbada Lolota a qu'a venir aïci per s'esplicar.

Lolota :

Es pas juste. Ça ne va pas du tout. On rn'a oubliée pour la sélection ; on m'a laissée de côté...

Jutje :

Madama, un paoc de retenguda sioplait. Si on ne vous a pas reteue, c'est qu'il y a une raison.

Lolota :

Me voletz endourrnir, non ? Eh bien, non : il n'y a pas de raison.

Jutje :

Torni reprene. J'ai en rnain le papier jaune de la Mairie : a bista de nas, je devine au moins trois raisons pour ne pas vous retenir.
Je lis : habiter Leuc.

Lolota :

Pas de proplème : y demóri depuis 7 générations. Acó monta leng. Mon rnari -le pôvre Pierrou - lui, y habitait longtemps avant.

Jutje :

A degut mourir vielh ! Je lis ; être âgée de moins de 50 ans. Là, avec vos soixante-dix......

Lolota :

De que ? Qu'un jeanfoutre! Je suis née à Leuc, il y a, beî, 49 ans, 11 mois et 22 jours. Soun a l'osco.

Jutje :

Attendez : avoir le permis B.

Lolota :

Aqui m'a calgut réfléchir un tróç : Permis B comme "Brouette" Je suis experte et même que, chaque soir, je ramenais dessus mon
mari - le pôvre Pierrou - rond comme un tourge du café Coulom.

Jutje :

Avez-vous le téléphone ?

Lolota :

Viet d'ase que le teni ! Il a été posé en 24 heures et même que j'ai le faîch et qu'il répond tout seul Le Maire me trouvera toujours Pas de proplème.

Jutje :

Mais il vous manque le principal : le SEXE MASCULIN !

Lolota ;

E cresetz m'aver ? Que nanni. Heureusement que j'y ai pensé quand je me suis trouvée veuve. J'avais voulu garder un souvenir de mon pauvre mari - le pôvre Pierrou - Et le voilà : dans l'eau-de-vie avec des cerises et quelques noyaux d'abricot. J'ai toujours aimé ce qui était amer...Pour la couleur, un peu de sulfate de cuivre.


Acusacio

Es clar, M le Jutje La Lolota a été écartée délibérément
Et pourquoi ? A causa d'aquela putassa de Moussèga !

Jutje :

Ara n'i a pron
Considérant:
- que fa mal esse jove
- que les sexes dans l'alcool sont toujours valables ;
- qu'on a écarté délibérément un candidat par ailleurs valable. ;
- qu'on va instituer un. péage pour charrettes, tombereaux et machines à vendanger sur le nouveau pont du Lauquet ;
- que les photos pornos -même des chiens- sont interdites ;
- que la secte :Croustet et salcissa, risque de proliférer ;
- que les escaliers de l'impasse du Cazals étaient là, bien avant les voitures ;
- que la Moussègue a provoqué tant de désordres dans Leuc, portant atteinte aux bonnes moeurs
- qu'il se vend du dentifrice à la pharmacie
- que les égouts se bouchent à la pharmacie parce que le quartier des Esparetz "caga trop espes"

La condamnons à être incinérée - ou negada - coma voldretz sul cóp et sur la plaça.
Borrel, te daîci caosir...

Retour à la page 1996

Et les autres