Carnaval 1995
Jugement de Marcassine

6 de maï 1995.

Le Jutje : VAN DE LAS MESSOURGOS Universitat del CAMMAS
Defenço : HUBERT DE TARTARIN Barrot de POUMAIRAC
Acusaciou : M° POURCATIER que la familho ven d'un avesque apelat, en franciman : COCHON Barrot del PAGES
Testimonis :
acusaciou : Brigito LALAIE que es gardo-casso
Defenço : Zefirin BARTASSIE-PICOLOU, Président de la caço de Lèuc
Borrèl: CREMOTOUT especialisto de l'alumèto»
L'acusado es MARCASSINO, Rèïno dels cassaïres

Jutje :

Arribi aïci un cop de maï : la coumuno es capbirado. Que es aquèl bourdèl ? Le Mairo es debariat ; les gendarmes tenoun uno pou tarriplo e voloun pas arribar jusqu'os a Leuc ; cops de fusil pertout e Léa BARONI m'a dit qu'un cassaïre a près le lustre de la salo a manjar per un perdigal t'i fouten las candèlos pel sol ; de tipes que se proumenoun ambe, escrit sur l'esquino que Tonton crebo de talen ; e encaro ba disi pas tout. ! . Es aquelo MARCASSINO que n'es la caouso ? Me ba faretz pas creîre ! Tanben, aben apelat un Tribunal "de choc", coumo disoun en franciman e me cal le présentar :
Coumenci per ieou :
VAN de las MASSOURGOS, nascut en Suisso mes eï fait las estudos a l'Universitat del CAMMAS, counescudo dins le mounde entier ;
Mestre PORCATIER del barrot del PAGES e dins sa familho, dins sa pourcatièro countoun un famus avesque, l'avesque COCHON, que vivio i a bravomen de temps, counescut per foutre al foc les coundamnats, . .. surtout las femnos ; -paretz que crèmoun milhour. Atenciou a sus acusacious : es pas de merdo de gat !
Mestre Hubert de TARTARIN, del barrot de POUMAIRAC, se cargará de la defenço e .. tendra plan de trabalh ! En d'abord, ausissets l'acta d'acusacio.

Acte d'Acusaciou :

Marcassine est accusée:

- d'avoir encouragé la divagation des chiens dans Leuc pour effrayer les sangliers
- d'avoir engagé pour la battue, deux célèbres tireurs d'élite qui se sont avérés n'être que des tireurs de litres
- d'avoir fait de la propagande pour que les poubelles viennent à Leuc, sans avertir les propriétaires de la future décharge
- d'avoir abusé de ses charmes auprès de deux chasseurs de Leuc pour avoir les meilleurs morceaux du sanglier qu'ils venaient de tuer (C'est à dire tout)
- d'avoir laissé croire que Tonton a faim alors qu'en fait Tonton a soif
- d'avoir donné une salle aux jeunes et de constater qu'ils ne font rien pour la laver
- d'avoir voulu concurrencer Esclarmonde avec un restaurant du coeur
- d'avoir voulu scier la branche sur laquelle elle était assise
- d'avoir semé de la garance dans toutes les vignes de Leuc pour la vendre comme plante médicinale
- d'avoir dit que les chasseurs à poil ne devaient pas se rhabiller
- d'avoir tout dernièrement mis le feu au château pour nettoyer le parc

Jutje :

Eh bé, aven pas acabat de la nèït ! Qu'es aquelo histouèro de caço ?

Defenço :

M. le Jutje, savetz que les singlas nos chapon tout dins la coumuno : avem agut la jalado, e d'uno ! Demandatz aïs proupriétaris -que sour. tanben caçaïres- coussi soun las vignes ; si encaro les singlas s'i metoun, crebaren de talen. E, de maï, cant te fasqueron courre les gousses a Sant Hilari, toutis les singlas d'abal fugisque- ron cap a Lèuc»

Acusaciou :

Co que cal entendre ! Te disi que cal daîssar aquelos bestios tranquilos ; sios pas brico ecologisto tu. Aquelos bestios fan pas de mal a digus : as entendut dire que calqu'un es mort, estrissat per un singla ? Que nani !

Defenço :

Coumpren pas res, aquel amori. Te disi que cal daîssar fa les ca^aïres ; saboun ço que fan • Les cal daîssar sourtir cant ne tenoun l'ambeïjo : pas de permis, de timbres, de jorns sans caço. Aqui le remèdi : vel'ras que les singlas clarejaran» E la MARCASSINO ten plan rasoun : battues, traquanars, gousses deforo touto l'annado. Es per aco que la CHALUMEAU venguet a Leuc : cal daîssar la caço libro,

Jutje :

Aqui cresi que vas un paouc leng Si te promenes amben un pantaloun nègre, te faras ploumbar le numéro matriculo».

Acusacio :

L'escoutetz pas M. le Jutje. La fricassèo de CHAUVET e sustout les veïrats de vin t'i trebouloun las idèos. Aquelo mandro de MARCASSINO entustèjo les cassaïres. E coumo tenoun pas trop d'idéa, vendran caçar jusqu'os dins las carrieros de Leuc, Savetz pas que cant tenes un fusil, sabes pas ount soun las limites ? Te ven tuar un singla ja ount cal pas : tenetz, le darnièr cop, fousqueron fourçats de le parlajar just sus la frountièro : le daban per la gardo-caço, e soulomen la cougo per les caçaîres. Plan faît !

Jutje :

Aco es juste. Mes, macarel, un troc de singla es pas michant ambe un arpat de fabols...

Defenço :

M. le Jutje, aqui en pas a taulo... La lengo es per parlar. Disi que cal esterminar aquels porcs salvages. Cal daîssar libres les caçaîres ; per las limites proposi que, cant soun las vacanços e que l'escolo es libre, de courses de topographie ambe cartes e boussoles sioguen organisats. Avant l'ouverture les proufesors amenaran les cassaïres deforo per la pratico. E, per que prendron pas le fusil ?

Acusaciou :

Aquel cop, nous la foutes bèlo ! Sios toumbat sul cap ? Demando tanben que les maïnatges, en trabalh manuel, te fasquen las cartoujos ! leou disi que cal limitar la caço ; tene un gardo dins la coumuno e un plan rete ,

Defenço :

Plan rete..., benleou sera uno femno ! Sera dificile !

Jutje :

Je ne comprends pas .... Que voulez-vous dire par là ?

Defenço :

Res ! Doublar la subvenciou a la S. P.A. Atal tout sera countroulat.

Acusaciou :

Cailho-te penjolum ! Sabes ço que douno la coumuno a ço que dises, la SPA ? Dous milliouns ! Cresi que es plan prou per aquelis emmerdurs., E la Marcassino que en proufito. Es pas acabat : disoun que semeno per tout de garanço aquelo planto que te grimpo a las soucos per las faire crevar Paretz que en fa de tisano e maî que la ven als farmaciens !

Defenço :

Aqui es trop ! M. le Jutje, teni aqui un témoin que vous va esclaïrar : es Zefirin BARTASSIE PICOLOU, le Président de la Caço. Es un orne de calitat plan tranquille e savantas. Es le milhour e le maï plaçât per en parlar.

Jutje :

Qu'on amène le témoin, sans ses armes

Testimoni :

Iéou, Zéfirin BARTASSIE PICOLOU, Président de l'aca..quicom de Lèuc teni a dire ço que vous disi aro e soun prest a mètre la man sur la cousinièro si mentissi : Trobi que MARCASSINO a plan faït de faire la caço als singlas : aquelos pûtes de bestios va chapoun tout ; conclusion : a nostre tour, les cal pasar a la casserole. A pas brico semenat de garanço dins las vinhos : aquelo salouparie buto plan proun touto soulo ; les vignerons an qu'a croumpar de garlon ; en vendi, La MARCASSINO toco pas un sou de la subvenciou a la SPA ; cresi que la Coumuno pot bailhar encaro maï d'argents Aqui sera plan plaçât e la Brigitte BARDOT nous felicitara. La caço es sacrât : cal respetar les règlements si soun pas faît per d'amoris que i comprenoun rès ; si que noun, les cassaïres s'en cargaran e anira milhour ; les gardos t'empachoun de caçar. Que les metoun a faïre de dentèlo si volun : le trabalh sera maï aïgit. Cresi que teni pas maï a dire. Si calqu'un es pas countent ... que vire le tioul al bent !

Acusaciou :

Es aquel jeanfoutre que as trapât per dire tant de counardisos ? Urousomen que le Jutje enten pas gran caouso, si que noun t'el foutio deforo, M. le Jutje ! Tout aco vol pas res dire e, si voletz de testimonis, en teni un que es pas picat dels vers. Aquelo ven pas pea? pasar le temps. E... es uno gardo-caco, asermentado siouplèt,

Jutje :

Vous avez dit "UNE" ?

Acusaciou :

E que si ! E, encaro maî poulidèto que les cassaïres se mancoun batre per t'i presentar le permis : courisson per 1 eser le premier» S'apèlo Brigitte LALAlE

Jutje

Quel nom bien choisi et quelle classe ! Madame, vous avez la parole,

Testimoni :

Je m'appelle Brigitte LALAIE et je viens témoigner au bénéfice de l'accusation contre cette MARCASSINO ; elle est venimeuse, altière, bornée, inintelligente, acariâtre, médisante, bourrue et malfaisante...

Acusaciou :

Aco es envoyât... pesco vot per les caîssals !

Testimoni : (suite)

C'est elle qui a organisé la, dernière battue. Elle vient tuer les sangliers sous ma fenêtre et mes oreilles en bourdonnent encore, C'est vous .dire ! Je suis garde-chasse car on me l'a demandé gentiment. Mais devant les agissements de cette créature, je tiens à dire que je le suis pour 7 ans ; je fais ce que je veux dans le cadre de mes fonctions et, si on n'est pas contents, il fallait se présenter à ma placeo Je pense que, devant la prolifération des sangliers, il convient de mettre en place un plan de chasse raisonnable et écouler la viande par exemple dans un restaurant du coeur à ouvrir à Leuc ; ce serait -âne saine concurrence vis à vis des restaurants en place, destinés à une clientèle aisée et triée sur le volet» Je peux lui donner un conseil : que MARCASSINO ne s'avise pas de se présenter aux élections municipates car les gens ne sont pas dupes : trompant la population en plantant trois pieds de sauge, deux de verveine, elle en est, en ce moment à des hectares de garance.. chez les autres et ... sans leur permission. Que je sache, la Guerre de 14/18 est finie et on n'a plus besoin de teindre les braies de nos soldats couleur garance. Quant à cette affaire de sangliers, je pense tout simplement qu'il s'agit d'un poisson d*avril qu'elle a détourné à son profite N'est-ce pas suffisant pour qu'on lui inflige une peine exemplaire.

Jutje :

Qu'aco es plan dit ; si abion coumençat per aqui, sarion al leît.

Consideren :

-que la MARCASSINO nous fout le bourdel ambe sas idèos sur les singlas ;
-que biro le cap a toutis les cassaîres e a toutis les omes ;
-que aven pas besonh de charivari avant las eleccious ;
-que la garanço que semeno nous tuo toutos las soucos ?
-que cal pas daïssar la Brigitte BARDOT mètre les pès a Leuc , la MARCASSINO sera cremado aqui sur la plaço»

Borrèl ! Foc al tioul e ... l'aïgo leng !

 

Retour à la page 1995

Et les autres