Carnaval 1993
Jugement de ROUGNOUS

1 de maî 1993.

Jutje : NAS DE FIGO, de la Facultat del Rèc dal Pal
Acusaciou: Mestre PUDESINO, Bastarrotiè dal Rec de Cazals (dins la partido basso)
Defenço : Mestre PERFUMAT dal Ordre de la Buffo negro
Testimoni : Moussur ROUNCHOUN de las Fontanelles, Carrière de las Flours

Jutje :

Aqui siom, un cop de maî. Cado annado, a aquélo époco, le monde dèu se virar de part ; i a totjorn quiquom que truco. Se manco pas mars, abril o maï : sortits toutjorn uno créaturo que fa capvirar la tranquilitat del vilatge ; nous améno, un cop un soûlât de nèou,
un cop uno brabo aïgado, un cop la jalado... Le mounde es rebirat.
Cresi que es per aco que les pouliticos caousisson aquélo périodo per te foutre las élections ! Caousisson plan la periodo aquélis macarels.
Mes, m'emballi un pàouc e s'en mancariò pas brico que debrumbèssé per que soun aqui tal : per jutjar aquélo créaturo. Présenten, per dourbir las houstilitata d'aquélis que soun aqui per le tribunal :
Jutje : NAS DE FIGO, de la Facultat del Rèc dal Pal
Acusaciou: Mestre PUDESINO, Bastarrotiè dal Rec de Cazals (dins la partido basso)
Defenço : Mestre PERFUMAT dal Ordre de la Buffo negro
Testimoni : Moussur ROUNCHOUN de las Fontanelles, Carrière de las Flours
Vesetz, abetz aqui un Tribunal que sentis boun. Pas totjorn la roso o la viouleto ; vesetz ço que vôli dire....
Mestre PERFUMAT avetz la paraoulo.

Defenço :

Pla merci, Mousur le Jutje, vous presenti ROUGNOUS, l'acusat. Un pla brave orne que se presentèt, un paouc fart, a, las élections
-per que voulio afinar soun prougrame e ... manquèt l'ouro per se far marcar a la Prefecturo. El, es le rey dels Verts, que si èro pasat, putaniè, qu'une èro de vido douço, urouso se dourbissio daban toutis.

Acusaciou :

Te cresi ! Que racountos aqui ? toutis les seounis coupins, verts coumo l'èrbo, te nous foutèroun un bourdel tarriple,... per
davan las élections ! E que te suprimi l'engraïch ; e cal pas sulfatar las vignos e les porrets ; e que te tampo toutos las usines ; e que tout le mounde se marchara a pè, per que las automobiles fan trop de fum ; e que te tampi las usines atoumicos que nous fa bricour l'eiectricitat. Aqui n'i abio qu'un per esser courtent : l'André Coulom, que se tendrô pas de candèlos !

Defenço :

Aqui exagèros ! Anabo pas tan lenc : proupaousabo unos mesures que t'adoubarion pla la vido a Lèuc. Les Lèucaïres s'en traparion
pla.

Acusaciou :

Fiso tes a aco ! Toutis an coumpres : el e les seounis coupins te trapèroun uno vesto carabinado : pas un vert a la crambo dels Députats

Defenço :

Caillo-te, amori ! Es vertat que, tu tanbès, te souègnos ambe de plantos soulos : le tabat per les palmous, e l'anis del Pernod per te faïre petar. Tout aco per nous enfalenar. Creses pas que nous portariôn plan milhour si manjaben, coumo nous ba ditz ROUGNOUS,
de laïtissous e de repounchous ? De doucettos e de falsos-garbos ? De peïches dal Lauquet, pla fresquis, que sautarion dins la padeno ?

Acusaciou

E pescadis a la sourtido de la staciou d'epuratiou, aqui que nadoun dins la mèrdo de tout le vilatge. Arresto, vaï, troc de
saumo que sabes pas ço que dises. Mousur le Jutje, cresetz pas que uno bravo entrecosto plan tendro, saisido sus la grilho, viro e
reviro, sario pas milhouno ?

Jutje :

Ou uno croustèlo d'agnèl , proche dal rougnounal, asagado per un brave cop de bi de Pè de Grilho o de Tocosquillo. Un régal !

Acusaciou :

Veses pla tu, putaniè d'écologiste : saras le soûl a rousegar de repounchous e de laïtissous ; te cal les caousir plan grosses
ambe de flours pla poulidos e pla doubertos : atal, le plat de la salado sara maï vite plen. Les cousinièrs de mestièr, Chaubet te
ba dira, prendran plaser a presentar de plats tan poulits. I abion pas pensât !

Defenço :

A propos de pissenlits, si on remplaçait les vignes de plaine par des champs de pissenlits, la demande étant très forte en ce
moment, ce serait un revenu garanti pour nos agriculteurs. Et, en améliorant les méthodes de culture, peut-être ferions-nous deux ou trois récoltes par an ?

Acusaciou :

Escouto le, que parlo francès... e encaro per nous sourtir uno bestièso ! Al coustat, fas plantar de fenoul : atal, pisarion
toutis coumo les lapins.

Defenço :

Mousur le Jutje ! En maï dels laïtissous nostre acusat le brave ome ! Quel génie ! bailho un autre counsèl : plantar tan bès de verveine dins las laïssos abandounados de las Justices o de Brescou ; un remèdi radical countro ço qu'apèloun le gel des terres. La prôbo ; fasquèt dourbir à Lèuc, un restaurant. E sabetz ço que la patrouno baillo als clients a la plaço dal bi ? De verveine.
Es bou per la digestiou.

Acusaciou :

Macarèl, que de counardisos cal pas entendre ! Ambe de verveino a la plaço dal bi, l'estoumac te pesara pas per grimpar
a la "crambo d'hôtes" ; vas engoulir l'escalier pla lis ! E si te troumpos de crambo per coulcar ambe la patrouno, couçi faras ?
La verveino es pas recoumendado per faïre les mascles plan retes ! Sara mal facile de sourtir que de dintrar !

Jutje :

Je vous arrête sur cette pente glissante - si j'ose dire ! Je suis heureux tout de même d'apprécier votre référence à l'Histoire. Et de rappeler que le Maréchal de Richelieu, Maréchal d'Empire, à la veille de son mariage, à 70 ans, avec une jeunette de 16 ans,
répondait à un courtisan ricaneur lui demandant s'il allait pouvoir s'en sortir :"le plus dur n'est pas d'en sortir !" Mes, tournen al Tribunal. Siom pas aqui per faïre d'Histoire ! Mestre PERFUMAT, avetz la paraoulo.

Defenço :

Mousur le Jutje, trapi que bailhatz un paouc trop d'impourtenço a ço que ditz aquél jeanfoutro. Coumpreni que les laïtissous soun
pas ço que trapatz de milhour e aco vous fa debrumbar que ROUGNOUS penso qu'a faïre de Lèuc le milhour vilatge de l'Aude. Tenetz ! Prouposo a la Coumuno de croumpar lé castel ; un cop adoubât, traparèn aqui quarante lotjoments HLM, voli dire. Habitats per les Lèucaïres Malhourouses. Es pas quicom de boun aco ? Ambe de moulins a bent per fabricar la letricitat e de cabinets per fabricar, ambe la mèrdo, le milhour engraïs de tout le pais ? Aco vendut, l'argèn cagara de pertout e la coumuno sario la mal richo dal pais.

Acusaciou

M. le Jutje ! Mestre PERFUMAT, èl que flaîro toutjorn la roso o la biouleto a debrumbat qu'une pudesino sentirion al bord de la
ribièro. Tournarèn a l'epoco ount cadun abio sa plaço per cagar dins las salissos ; e cant i anabes, ères al courent : Te, Plauzollos a
la fouiro beï ; a mangeat trop de prunos de Plano Sourdo ; i ba diguèri qu'èroun pas maduros ! Te, s'i counèîs que Canèlo a tuât le
porc e le trop de tripou te l'a coustipat de prumièro. Legissios la santat dal vilatge en te proumenan al bord de la ribièro ! Ba caldra
dire al Tomas Martin e a soun coumpèro Pouytès, les médecins de Lèuc, Aco les ajèdario per faïre le dianostic, coumo disoun. E, debrumbes pas : si as pas de trabail, t'enbaoucharas per remplir les sacs d'engraïs ; mes aqui, si boles sentir boun, croumparas la parfumariè a cops d'hectolitres !

Jutje :

Pasen sus aquelos remarcos flaïrousos, mestre Pudesino e tournen a nostre acusat. .

Defenço :

Je suis heureux de vous l'entendre dire. Mousur le Jutje, les propos malodorants de non confrère nous font oublier le principal
nostre chantre dels Verts a proupaousat al Mairo de faïre pintrar toutis les oustals de Lèuc en vert : clar sus las murailles, maî
prounounçat sus las portos e las finestros. Fario pla poulit dins nostre verduro e, de maï, la couleur verdo que, coumo ba sabetz, es
repaousanto per les èls, te bailhario une quiétude reposante propice à un épanouissement de la personnalité de chacun, dans une atmosphère détendue, un climat favorable à la prise de décisions écologiques et salutaires.

Acusaciou :

Qu'aco es pla dit, enveloupat dins un papier fi ! Mousur le Jutje, cresi que aro n'i a prou de se faïre endourmir. Teni aqui un
témoin qu'es pas trop lèou de le faïre venir, Mousur ROUNCHOU. Vous dira, el, ço que penso de la situation.

Jutje:

Monsieur, vous avez la parole.

M. ROUNCHOU :

 

Defenço :

Soun tout estourbit d'entendre de tallos messourços. E, daban tan de michantiso, de malsapienço e de voulountat de faire capvirar d'idèos nobos, prefèri me cailhar.

Acusaciou :

Sabi pas si soun les fabols de Chaubet, la Blanqueto petaïro o la Carnaval que me rebiron las tripos.... Te......(un pet)..... Atrapo-le.... e pintro le en vert !

Jutje ;

Merci pour ces plaidoiries aussi édifiantes que tonitruantes.
Counsiderèn que l'acusat ROUGNOUS
-per sas idèos ecologicos un paouc trop entièros e fanteseriousos risco de nous foutre la zizanio dins le vilatje ;
-que nous vol faire daîssar la salcisso, las croustèlos d'agnèl e las entrecostos per nous faïre rousagar porrets, laïtissous e rousounabres ;
- que nous vol trucar le Carnaval per faire roudar carrous, carretos e tambourèls dins las carrièros ;
- que vol foutre en l'aîre poutasso e ammounitro per nous faîre manejar tambourèls de merdo ;
Coundamnan l'acusat a esser cremat sul cop aqui sus la plaço. Borrel, aganto-le, porto-le sus la plaço e, en seguido, Foc al tioul.... e l'aîgo lenc,

Retour à la page 1993

Et les autres